Jules Feiffer



La carrière de Jules Feiffer n’est pas banale. Il a parcouru soixante années de création aux USA, mais a été très peu publié en France.

Tour à tour assistant, scénariste, dessinateur de bande dessinée, illustrateur, romancier, chroniqueur politique, essayiste, auteur de théâtre, scénariste de cinéma, auteur de livres pour enfants, exégète… (Mais qu’avons-nous donc bien pu oublier ?)

Jules Feiffer n’est pas n’importe qui, comme l’inJdique son premier livre publié par Futuropolis.
Reconnu par les plus grands, son nom a été associé à des artistes aussi importants que Will Eisner, Robert Altman, Alain Resnais… Il a été une influence manifeste pour des artistes comme Wolinski, Claire Brétecher, Blutch, Copi voire Woody Allen.

Les histoires de Jules Feiffer tournent souvent autour d’un même thème, l’affirmation de son identité propre, dans un monde aveugle et sourd, où l’indifférence l’emporte.



Jules Feiffer est né en 1929 à New York où il vit toujours. Il est l’un des auteurs majeurs de la bande dessinée « intellectuelle » américaine, à l’humour proche de Woody Allen, connu du grand public au-delà des frontières du genre. Dessinateur, scénariste, auteur de pièces de théâtre et romancier, Jules Feiffer a longtemps collaboré au New Yorker. Il continue de travailler pour les pages livre du New York Times.



1947 à 1951 : Il est étudiant au Pratt Institute de New York. Il travaille également comme assistant dans l’atelier de Will Eisner.  Impressionné par la maturité de ce jeune homme, Will Eisner lui fera faire ses classes en lui faisant écrire de nombreux scénarios du Spirit notamment Outer space spirit, écrit par Feiffer et dessiné par Wallace Wood.        
1949 : Jules Feiffer créé sa propre série, Clifford.
1951 : Durant son service militaire, Jules Feiffer s’initie au dessin animé. C’est également durant cette période qu’il dessine Munro, l’histoire d’un enfant engagé dans l’armée. C’est son premier long récit satirique.
1956 : Il entre au magazine hebdomadaire Village Voice avec une série de strips tout simplement intitulée Feiffer. Il continuera jusqu’en 2000.
1958 :  Certains de ces strips sont repris dans son premier livre Sick, Sick, Sick. Les antihéros de Feiffer sont également adaptés au théâtre en 1961 dans la pièce The Explainers.
1958 : Il commence à dessiner pour Playboy.
1960 :  Gene Deitch adapte Munro un dessin animé. (Oscar du meilleur court-métrage d’animation.)
1965 : Feiffer écrit un essai sur la BD américaine : The great comics books heroes.
1967 : Il acquiert la notoriété en écrivant la comédie musicale Little Murders, adaptée au cinéma en 1971 par Alan Arkin avec Donald Sutherland et Elliot Gould.    
1971 :  Feiffer écrit le scénario du film Carnal Knowledge (Ce plaisir qu’on dit charnel). Le film est réalisé par Mike Nichols, avec Jack Nicholson, Art Garfunkel et Candice Bergen.
1979 : Publication de son premier roman graphique, Tantrum.
1980 : Il écrit le scénario de Popeye pour Robert Altman, d’après la bande dessinée de E.C. Segar.    
1986 : Jules Feiffer reçoit le Prix Pulitzer pour ses dessins de presse.

1989 : Jules Feiffer écrit le scénario du film d’Alain Resnais : I want to go home. Le film est doublement primé au festival de Venise (Meilleur film, Meilleur scénario)        
1993 : Jules Feiffer entame une carrière de dessinateur pour enfants. Publication de The man in the Ceiling. Une dizaine d’autres titres suivront.   
1995 : Il est récompensé par l’Académie américaine des Arts et Lettres.

2007 : Publication en France de Je ne suis pas n’importe qui ! aux éditions Futuropolis et Harry, salaud avec les femmes aux éditions Joëlle Losfeld.

 





 Jules Feiffer a publié, aux éditions Joëlle Losfeld



 
8
   

 

 
facebook twitter instagram